La perspective à court terme et à long terme des rachats

07 novembre 2016

En prenant la décision de payer ses rachats, Vicky Mak-Tubbs a pu passer du temps précieux à la maison avec ses jeunes garçons, sans retarder son départ à la retraite ni réduire le montant de sa rente.

Elle est professeure de français à temps plein à Mississauga et maman à temps plein de Sam, 4 ans, et de Lucas, 18 mois. Pour ses deux garçons, elle a décidé de prolonger son congé de maternité jusqu’au début de l’année scolaire suivante.

« Il est difficile de trouver une place en garderie pour un enfant de un an et cela coûte ridiculement cher. Donc, au lieu de retourner au travail au milieu de l’année scolaire, soit à la fin de mes congés de maternité, j’ai choisi d’y retourner au début de la nouvelle année scolaire et de recommencer en neuf », explique Vicky.

Un grand nombre de ses collègues pensent comme elle. Un congé de maternité sur quatre environ est prolongé au-delà de la date de fin initiale et la moitié de ces congés prolongés se terminent le 31 août.

Effectuer un rachat est une importante décision à prendre, que vous prolongiez votre congé ou non.

Pour son premier rachat, Vicky a visité le site www.otpp.com/fr et examiné les options de paiement pendant qu’elle était encore enceinte. Elle mentionne que les faibles taux d’intérêt l’ont incitée à attendre son retour au travail pour commencer à payer son rachat (nos taux se situent plutôt sous les 2 %). En attendant de toucher un salaire, elle a également maximisé son avantage fiscal.

« La question n’a jamais été de savoir si j’allais payer mon rachat ou non », souligne Vicky.

Lorsqu’est venu le temps de déterminer comment effectuer les paiements, Vicky a beaucoup consulté le Centre de rachat dans son compte en ligne. « Quand je peux lire des renseignements complexes et les examiner moi-même, j’apprends davantage que lorsqu’on me dit ce qu’il faut faire, indique-t-elle.

C’était génial d’avoir le site Web à portée de la main, et pas seulement pendant les heures normales d’ouverture, mais aussi à 3 h du matin quand le bébé était réveillé. »

Selon Vicky, l’étalement des paiements sur une période de cinq ans a rendu le rachat plus abordable. Le fait de vivre uniquement du salaire de son époux pendant son congé a également contribué à les préparer au rachat. « Si vous retournez au travail et que vous mettez le rachat de côté, vous vous habituez à ce revenu supplémentaire. Cela devient beaucoup plus difficile de reprendre vos anciennes habitudes d’achat par la suite. »

Elle soutient que l’investissement en vaut la peine, tant à court terme qu’à long terme. En plus d’avoir passé plus de temps avec ses garçons pendant leurs premières années, Vicky partira à la retraite comme si elle n’avait jamais pris les congés.

Communiquez avec nous (1 800 668-0105) pour vous inscrire à un compte en ligne.