Changement de plans

28 septembre 2015

Alicja Reynolds et son mari pensaient que cinq ans seraient une période bien suffisante pour établir leurs carrières et jeter les bases sur lesquelles fonder une famille.

Depuis l'école secondaire, Alicja savait que l'enseignement était sa vocation. Six ans après s'être mariée et avoir obtenu son diplôme d'enseignante, Alicja est toujours en quête d'un poste permanent à temps plein. Elle n'est pas la seule. En moyenne, il faut aux nouveaux participants à notre régime environ sept ans pour obtenir un poste permanent.

« Je n'aurais jamais cru en commençant ma formation d'enseignante qu'en 2015 je ferais encore de la suppléance, avoue Alicja. À l'école, on vous prépare au fait qu'il ne sera pas facile de trouver un emploi, mais je n'ai jamais pensé que cela serait aussi difficile. »

Malgré tout, Alicja s'estime chanceuse d'avoir obtenu régulièrement des contrats de suppléance à long terme du Wellington Catholic District School Board et du Waterloo Catholic District School Board, à l'exception d'un semestre et demi.

« Nous avons toujours prévu d'avoir un enfant une fois que j'aurais décroché un emploi permanent. Et voilà que nous étions mariés depuis cinq ans et que je n'avais toujours pas d'emploi permanent en vue, explique Alicja. Alors, nous avons décidé que nous ne pouvions tout simplement pas mettre nos vies en attente pour toujours. »

Vers la fin de 2014, le couple a accueilli Vienna. Alicja a pris un congé de maternité pour passer cette première année à la maison avec sa fille. Maintenant que Vienna s'apprête à fêter son premier anniversaire, Alicja commence à penser à son retour au travail et à la possibilité de racheter son congé.

« J'angoisse à l'idée de ne plus être auprès de Vienna l'année prochaine, dit-elle. Mais, d'un autre côté, j'ai vraiment hâte de retourner en classe. »

Pour ce qui est du rachat, elle reconnaît que c'est un investissement judicieux qui sera profitable à long terme. Avec des factures de services de garde à l'horizon, une nouvelle maison familiale en construction, les cotisations à un REEE et le manque de sécurité d'emploi, Alicja et son mari doivent déterminer si leur revenu disponible sera suffisant au cours des cinq prochaines années pour payer son rachat.

Elle est déterminée à utiliser tous les outils à sa disposition pour trouver la solution qui cadre avec sa situation, y compris BabySteps – l'application du RREO qui permet aux participantes de suivre leurs rachats de congé de maternité – et le Centre de rachat en ligne dans son compte sécurisé du RREO.

« En tant qu'enseignante suppléante, je n'ai aucune garantie d'avoir un emploi le semestre prochain, sans parler des années à venir. Il est très important d'avoir un plan pour les périodes où vous n'aurez peut-être pas de travail, affirme-t-elle. Cela dit, je pense que le rachat de services est très important même si la retraite est encore loin pour moi. Je me rends tout de même compte combien il est important d'épargner pour racheter mon congé. Je vais sans contredit le faire, même si cela signifie que nous nous passions des luxes que nous nous offrons maintenant. »