Conserver la solidité de votre rente

05 octobre 2018

Le nouveau montant de votre rente sera disponible au cours de la troisième semaine de janvier.

Le taux de rajustement en fonction de l’inflation pour 2019 est de 2.2 %. Toutes les rentes feront l’objet de l’augmentation intégrale, à compter du 1er janvier.

Si vous avez pris ou prenez votre retraite en 2018, la première augmentation de votre rente sera calculée au prorata en fonction de votre dernier jour de services décomptés en 2018.

Alors que la protection contre l’inflation vous aide à conserver votre pouvoir d’achat tout au long de votre retraite, il s’agit également d’un outil important qui aide à maintenir la solidité du régime de retraite à long terme. 

Questions fréquentes à propos de la protection contre l’inflation

Chaque année, on nous pose les mêmes questions à ce sujet. Voici donc les réponses à vos questions qui, nous l’espérons, permettront de clarifier certaines confusions.

Question : Une « protection conditionnelle contre l’inflation » signifie-t-elle une désindexation des rentes?

Réponse : Non. Une désindexation signifie que vos rentes ne sont jamais indexées en fonction du coût de la vie.

En revanche, la protection conditionnelle contre l’inflation, soit le mécanisme que nous utilisons, signifie que la protection contre l’inflation pour la portion des services décomptés que vous avez constitués après 2009 sera fonction de notre état de capitalisation durant votre retraite.

L’augmentation est calculée de la façon suivante :

  • La portion de votre rente acquise avant 2010 suivra le rythme des augmentations annuelles de l’indice des prix à la consommation (IPC).
  • La portion de votre rente acquise entre 2010 et 2013 fera l’objet d’une augmentation d’au moins 50 % et d’au plus 100 % de l’augmentation annuelle de l’IPC.
  • La portion de votre rente acquise après 2013 fera l’objet d’une augmentation se situant entre 0 % et 100 % de l’augmentation annuelle, selon la capitalisation du régime.
  • Si vous avez pris ou prenez votre retraite en 2018, la première augmentation de votre rente sera calculée au prorata en fonction de votre dernier jour de services décomptés en 2018.

Question : La protection contre l’inflation est-elle mise en banque pour les années futures? Par exemple, le 1er janvier 2018, les retraités ont eu droit à un rajustement en fonction de l’inflation de 100 %. Est-ce que cela signifie que les services décomptés constitués en 2018 auront toujours droit au rajustement complet pendant ma retraite?

Réponse : Non. La protection contre l’inflation n’est pas mise en banque. Périodiquement, nous évaluons notre santé financière afin de nous assurer de pouvoir payer des rentes tout au long de votre vie, et plus longtemps encore. Certaines années seront meilleures que d’autres. Les répondants du régime, soir la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et le gouvernement de l’Ontario, rajustent la protection contre l’inflation en cas d’excédent et d’insuffisance de capitalisation. Les changements aux niveaux de protection contre l’inflation peuvent seulement être apportés lorsque des rapports d’évaluation actuarielle sont déposés auprès des organismes de réglementation.

Les répondants ont également utilisé des excédents pour majorer les rentes des retraités au niveau de protection contre l’inflation complète pendant les années où un rajustement de moins de 100 % de l’IPC a été obtenu. En résumé, les lois sur l’impôt sur le revenu nous empêchent de vous rembourser la différence, mais la majoration permet de calculer votre prochaine augmentation en fonction du coût de la vie selon une rente de base plus élevée.

Question : Pourquoi le taux de rajustement en fonction de l’inflation diffère-t-il parfois de celui publié dans les médias?

Réponse : Parfois, le taux que nous utilisons est plus élevé ou plus faible que celui publié dans les médias. Les médias calculent le taux d’inflation en comparant l’IPC du mois courant à celui du mois correspondant de l’année précédente. Nous comparons l’IPC mensuel moyen de la période de 12 mois se terminant en septembre à celui de la période correspondante de l’année précédente afin de lisser efficacement le rajustement d’une année à l’autre.