Se préparer à la retraite

06 février 2015

Le parcours typique de nos participantes et participants qui se préparent à la retraite.

Après avoir travaillé 37 ans comme professeure de français au Toronto District School Board, Mme Woods a pris sa retraite l'été dernier, tout comme plus de 2 850 autres enseignantes et enseignants de l'Ontario.

Mme Woods a toujours su qu'elle voulait être enseignante. Sa mère et sa grand-mère étaient toutes deux enseignantes, et, lorsqu'elle repense à son enfance, Mme Woods se souvient qu'elles tentaient toujours d'aider leurs élèves à donner le meilleur d'eux-mêmes. Elle a adopté la même approche dans sa classe, en encourageant constamment ses élèves à apprendre, à profiter pleinement de la vie et à véritablement apprécier le monde dans lequel ils vivent.

Choisir le bon moment   

Naturellement, Mme Woods s'est mise à songer à prendre sa retraite lorsqu'elle a commencé à voir ses pairs prendre la leur. Toutefois, elle n'était pas encore prête à faire de même. Elle s'est fixé un objectif de six ans. L'âge de 60 ans lui paraissait être un bon moment pour prendre sa retraite. Elle avait encore beaucoup d'énergie, de même qu'une passion débordante pour l'enseignement, et a décidé de se concentrer sur les nombreuses choses qu'elle voulait encore réaliser jusqu'à son départ.

Je n'ai pas attendu à la dernière minute pour planifier ma retraite. Il y avait beaucoup de choses dont je devais m'occuper pour pouvoir partir à la retraite à 60 ans.

Durant les années précédant sa retraite, Mme Woods a utilisé le calculateur de rente offert sur notre site sécurisé réservé aux participants pour générer des prévisions de sa rente en fonction de diverses hypothèses de retraite. En outre, elle a assisté à des séances d'information sur la retraite organisées par le conseil scolaire pour en apprendre davantage sur le RPC, l'assurance maladie et les autres choses auxquelles il faut penser en fin de carrière.

Mme Woods a consulté un conseiller financier pour s'assurer qu'elle avait considéré tous les aspects touchant ses finances et son mode de vie, afin de pouvoir vivre confortablement une fois à la retraite. Elle a également impliqué son conjoint dans toutes ses décisions liées à sa retraite.

« Votre conjoint doit faire partie du processus parce que la décision touche votre couple, ajoute Mme Woods. Si votre revenu annuel change, comment allez-vous le dépenser chaque jour? Si vous pensez faire de grands voyages ensemble, mais ne disposez pas nécessairement des mêmes ressources financières qu'avant la retraite, vous devrez trouver une solution pour gérer la situation. Comment arriverez-vous à un équilibre? »

« Commencer l'école à cinq ans et partir à 60 ans, c'est une très longue période. J'étais prête à prendre ma retraite et à laisser d'autres enseignants prendre la relève. »

Un capital de retraite qui procure la sécurité financière

Il y a tant de choses que Mme Woods veut faire pendant sa retraite, par exemple aller plus souvent au chalet pour passer du temps avec son père, passer plus de temps à jouer au golf, à faire du bénévolat et à voyager. Maintenant qu'elle est libre comme l'air, elle est en mesure de les réaliser.

« Si vous dépensez et gérez votre argent de manière raisonnable tout au long de votre carrière, vous ne devriez pas avoir à vous inquiéter pour vos dépenses quotidiennes à la retraite, poursuit-elle. Dans mon cas, je n'avais pas de fardeau financier dont je devais me soucier. Je savais depuis le début qu'un régime de retraite était en place, alors je ne me suis jamais inquiétée pour mes finances. »

Après avoir travaillé 37 ans comme professeure de français au Toronto District School Board, Mme Woods a pris sa retraite l'été dernier, tout comme plus de 2 850 autres enseignantes et enseignants de l'Ontario.