Stimuler l’économie

25 novembre 2013

 Une récente étude menée par The Boston Consulting Group (BCG) présente des renseignements intéressants sur les retraités au Canada qui touchent des rentes au titre d'un régime de retraite à prestations déterminées (PD). Le fait le plus intéressant qui ressort de l'étude est que 10 % à 15 % des retraités qui touchent des prestations au titre de régimes PD reçoivent un Supplément de revenu garanti (SRG), comparativement à 45 % ou 50 % pour les autres retraités, ce qui permet au gouvernement fédéral de réaliser des économies annuelles de 2 à 3 G$.

L'étude était commanditée par quatre caisses de retraite de l'Ontario, y compris le RREO.

Un récent sondage mené par Angus Reid fait état d'une situation troublante en matière d'épargne-retraite au Canada. Le sondage indique que les ménages qui gagnent 50 000 $ ou moins affectent moins de 7 % de leur revenu à leur épargne-retraite, taux qui augmente à 9 % pour les ménages qui gagnent entre 50 000 $ et 99 000 $. En comparaison, les retraités qui touchent des prestations déterminées ont versé de 10 % à 14 % de leur revenu en cotisations dans leur régime de retraite. Alors, une partie de la raison qui explique pourquoi les régimes PD sont généreux est que les participants à ces régimes cotisent davantage en vue de leur retraite.

Principales conclusions de l'étude réalisée par The Boston Consulting Group (BCG) :

  • Les retraités qui touchent des prestations déterminées dépensent annuellement de 56 à 63 G$ en biens et services.
  • 10 % à 15 % des retraités qui touchent des prestations déterminées ont recours au Supplément de revenu garanti (SRG), comparativement à 45 % ou 50 % des autres retraités, ce qui diminue de 2 à 3 G$ par année les paiements au titre du SRG.
  • Les retraités qui touchent des prestations déterminées payent annuellement de 14 à 16 G$ en impôt sur le revenu, en taxe foncière et en taxes de vente.
  • Plus la collectivité est petite, plus elle bénéficie des avantages des prestations de retraite versées au titre de régimes PD. Dans les petites villes de l'Ontario, les prestations de retraite au titre de régimes PD correspondent à près de 12 % des gains totaux.
  • 75 % à 80 % des prestations de retraite versées au titre de régimes PD sont financées par les revenus de placement. Dans le cas du RREO, ce taux est de 77 % depuis dix ans.

Deux autres réponses du sondage Angus Reid sont alarmantes : seulement 26 % des Canadiens pensent qu'ils épargnent suffisamment pour la retraite et 15 % des Canadiens ne mettent pas d'argent de côté pour la retraite.

Malgré tout, les récents débats au sujet de l'épargne-retraite portaient sur le besoin perçu de convertir les régimes à prestations déterminées (PD) en régimes à cotisations déterminées (CD). Dans leur livre The Third Rail: Confronting our pension failures, Jim Leech et Jacquie McNish soutiennent que les régimes PD doivent évoluer pour pouvoir faire face aux défis démographiques, mais que se débarrasser des régimes PD serait une très grave erreur.

Selon l'étude menée par BCG, et une autre étude réalisée plus tôt en 2013, les régimes PD comportent de nombreux avantages, notamment :

  • des coûts de placement très faibles; l'expertise en matière de placement permet à ces régimes de générer jusqu'à 80 % de l'actif d'une caisse par l'intermédiaire des revenus de placement;
  • un risque de longévité partagé;
  • la possibilité d'investir dans des secteurs auxquels les particuliers n'ont tout simplement pas accès, tels que les biens immobiliers, les titres de sociétés fermées, les fonds de couverture et les infrastructures.

Le risque de longévité est important. Si vous êtes un enseignant retraité en Ontario, vous n'avez pas à vous soucier de la durée de votre retraite puisque vous savez que vous toucherez un montant déterminé de rente votre vie durant. Les participants aux régimes CD savent combien d'argent ils ont au début de la retraite. Comme ils ne savent pas combien de temps ils vivront, ils ne savent pas combien d'argent ils peuvent se permettre de dépenser chaque année pendant leur retraite.

Selon l'étude menée par BCG, les retraités qui touchent des prestations déterminées peuvent dépenser davantage parce qu'ils ont un revenu prédéterminé garanti et stable pendant la retraite. Il s'agit d'une conclusion logique : si votre revenu est régulier et garanti, vous pouvez dépenser votre argent comme bon vous semble.

Par conséquent, au lieu d'opposer le secteur public au secteur privé, et les régimes à prestations déterminées aux régimes cotisations déterminées, peut-être faudrait-il adopter l'approche suivante : « Réparons ce quil est brisé et veillons à ce que tous les Canadiens aient accès à un revenu de retraite fiable et garanti. »