Le RREO presse les conseils d’administration de conserver une orientation à long terme pour les régimes de rémunération

08 janvier 2009

TORONTO - Le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (RREO) presse les conseils d'administration et les comités de rémunération de ne pas modifier les régimes d'options d'achat d'actions et autres formes de rémunération à base d'actions en réaction à la chute des marchés.

« Les gestionnaires doivent être récompensés pour des rendements durables à long terme », a déclaré Wayne Kozun, vice-président principal, Actions de sociétés ouvertes, RREO. Monsieur Kozun se dit préoccupé par le fait qu'en période de marchés baissiers, les administrateurs peuvent faire exception à leurs règlements sur la révision du prix des options ou à d'autres pratiques en matière de rémunération des dirigeants.

« Nous croyons qu'il est important de protéger la valeur pour les actionnaires et nous réaffirmons clairement que nous sommes opposés aux révisions du prix des options, y compris aux octrois accrus, aux régimes d'échange d'actions ou aux modifications des objectifs de rendement », a indiqué M. Kozun. La révision du prix des options permettrait aux gestionnaires et aux employés de sociétés ouvertes d'exercer les options d'achats d'actions reçues antérieurement à un prix inférieur à celui qui était initialement inscrit dans les objectifs de rendement.

« Les actionnaires ne peuvent échanger de nouveau leurs actions à un prix d'achat moindre. Préserver les conditions d'options déjà octroyées signifie que les règles sont les mêmes pour les actionnaires et les détenteurs d'options et permettra aux deux groupes de bénéficier d'un rendement proportionnel lorsque les marchés se redresseront », a déclaré M. Kozun. Il a également indiqué que, comme pour les années précédentes, le RREO analysera avec soin les régimes de rémunération approuvés par les conseils d'administration durant la prochaine période de vote par procuration.

Le RREO a fait parvenir en décembre ses principes révisés de la gouvernance d'entreprise et du vote par procuration aux conseils d'administration de grandes sociétés canadiennes, de même qu'aux conseils d'administration de grandes sociétés internationales dans lequel il investit. Ces principes révisés publiés en décembre mettent également l'accent sur l'importance de l'indépendance des conseils d'administration.

« Nous nous attendons à ce que les conseils fassent preuve de cohérence au cours de la période de rémunération. Les régimes de rémunération doivent être conçus pour résister à tous les cycles économiques et pour récompenser les cadres pour le bon rendement obtenu dans leur secteur et non afin de réagir aux mouvements des marchés à court terme », a ajouté M. Kozun. Il a de plus expliqué que le RREO soutient des régimes de rémunération fondés sur les rendements à long terme, la tolérance au risque et la création de valeur pour les actionnaires.

Neil Petroff, récemment nommé à titre de vice-président directeur, Placements, et chef des placements du RREO, a indiqué qu'une bonne gouvernance d'entreprise se traduit par de bonnes affaires durant tous les cycles économiques. « La bonne gouvernance et de bonnes pratiques de rémunération des dirigeants ne peuvent être balayées du revers de la main à cause des conditions des marchés, explique-t-il ». Les objectifs de placement à long terme du RREO font en sorte que la gouvernance d'entreprise, particulièrement les régimes de rémunération, constitue en tout temps des éléments importants à considérer », a-t-il ajouté.

Le RREO est l'un des membres fondateurs de la Coalition canadienne pour une bonne gouvernance (Coalition). Celle-ci compte plus de 40 membres, investisseurs institutionnels, qui gèrent des actifs d'environ 1,4 billion de dollars pour le compte des investisseurs canadiens.

La Coalition a conçu des principes pour la rémunération des dirigeants des sociétés ouvertes et surveillera en 2009 la déclaration de la rémunération de la haute direction des plus importantes sociétés ouvertes canadiennes au nom de ses membres.

« Nous espérons voir un plus grand rapprochement des pratiques de rémunération avec les intérêts à long terme des actionnaires, ainsi que la reconnaissance du lien important entre les régimes de rémunération des dirigeants et les risques encourus par les sociétés », a déclaré Stephen Griggs, directeur général de la Coalition. « Les conseils d'administration doivent réaliser que la bonne gouvernance, et des régimes de rémunération bien conçus, contribuent à créer de la valeur pour les actionnaires et que la bonne gouvernance peut faire une grande différence dans les gains des actionnaires, particulièrement durant des conditions économiques éprouvantes. »

Il est possible de consulter en ligne la version française des principes du vote par procuration révisés.

Le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario est le plus important régime de retraite de membres d'une seule profession au Canada. Organisme indépendant, le RREO a pour mandat d'investir l'actif de la caisse de retraite et d'administrer les rentes de 278 000 enseignantes et enseignants actifs et retraités de l'Ontario. 

La mission de la Coalition consiste à représenter les actionnaires institutionnels canadiens en faisant la promotion de pratiques exemplaires de gouvernance d'entreprise et de l'amélioration des lois et règlements afin d'harmoniser les intérêts des conseils et des gestionnaires à ceux des actionnaires. La Coalition fait également la promotion de l'efficacité des marchés financiers canadiens. Veuillez consulter le site à l'adresse www.ccgg.ca.

Renseignements :

Stephen Griggs
Directeur général
Coalition canadienne pour une bonne gouvernance
(416) 868-3585
sgriggs@ccgg.ca

Deborah Allan
Directrice, Communications et Relations avec les médias
Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l'Ontario
(416) 730-5347
deborah_allan@otpp.com

Recherche de nouvelles