La capitalisation du régime : mythes et réalité

09 mai 2013

En février, nous avons résolu l'insuffisance préliminaire de 2012, qui s'élevait à 9,6 G$, en rendant la protection contre l'inflation pour les services décomptés après 2013 conditionnelle à la capitalisation du régime.

Consultez la section Mythes et réalité du site www.capitaliservotrerente.com/ pour d'autres mythes et réalités.

Cette année, malgré le rendement élevé obtenu, le régime prévoit une autre insuffisance de capitalisation, bien qu'inférieure, de 5,1 G$.

Certains ont avancé que l'on pourrait pallier les insuffisances de capitalisation récurrentes en passant d'un modèle à prestations déterminées à un modèle à cotisations déterminées. Nous ne sommes pas d'accord. En fait, nous croyons plutôt qu'un régime de retraite à prestations déterminées évolutif est la façon la plus efficace d'assurer la sécurité de la retraite.

Examinons quelques-unes des opinions qui circulent à ce sujet afin de remettre les pendules à l'heure :

Réalité : Notre régime de retraite est toujours en bonne santé financière.

En date de janvier 2013, notre régime est capitalisé à 97 % à long terme. Avec un actif de 129,5 G$, le régime de retraite dispose de suffisamment de fonds pour payer les rentes pendant de très nombreuses années. Étant donné que les cotisations combinées au revenu de placement compensent largement le montant annuel versé en rentes, nous ne prévoyons donc aucun problème à court terme. Toutefois, les régimes de retraite sont tenus d'effectuer des prévisions à long terme (70 ans ou plus) et de démontrer périodiquement qu'ils disposent des fonds suffisants pour verser les rentes à tous les participants actuels. Ce sont ces prévisions qui indiquent des insuffisances de capitalisation récurrentes.

Mythe : Les hypothèses actuarielles sont à blâmer pour la prévision des insuffisances.

Nos hypothèses actuarielles se sont révélées d'une grande exactitude. On constate cependant une augmentation de l'espérance de vie, allant au-delà des prévisions des démographes, des actuaires et des spécialistes de la santé. Bien que les hypothèses doivent être raisonnables et donner un aperçu vraisemblable de l'avenir, personne ne possède de boule de cristal.

Réalité : Le régime n'a cessé d'évoluer au fil des années.

Aucune génération d'enseignants n'a reçu exactement les mêmes prestations que la génération précédente ou suivante. Comme toute chose dans la vie, le régime de retraite a changé depuis sa création, en 1917. Par exemple, étant donné que la protection contre l'inflation n'est prévue que depuis le milieu des années 1970, un bon nombre de nos retraités actuels n'ont pas eu l'occasion de profiter du facteur 85 ou de la rente garantie 10 ans.