Trouver l’équilibre en tenant compte des facteurs démographiques

01 septembre 2015

Pour tenir notre promesse, nous devons être en mesure de prévoir pendant combien de temps chaque participant touchera une rente.

Nos actuaires utilisent un ensemble de systèmes et de processus complexes, notamment des « modèles », qui nous permettent de prédire l'avenir de chacun de nos 311 000 participants. Diverses hypothèses sont utilisées lors de ces processus, notamment les augmentations de salaire prévues, la date de départ à la retraite prévue, la probabilité d'une maladie et, surtout, l'espérance de vie des participants.

Cela nous permet de prévoir le moment où les participants commenceront à toucher une rente et pendant combien de temps elle leur sera versée.

Nous mettons tout en œuvre pour nous assurer que les hypothèses utilisées reflètent la réalité le plus fidèlement possible afin d'avoir une vision très claire de nos obligations. Lorsque nous constatons des différences entre ce que nous avions prévu et ce qui s'est réellement produit, nous mettons à jour nos hypothèses.

Dans cette optique, nous avons récemment adopté une nouvelle approche pour prédire les améliorations touchant la vie des participants qui auront une incidence sur leur espérance de vie. Ainsi, plutôt que de supposer qu'une personne de 60 ans vivra encore pendant un certain nombre d'années, nous tenons compte du moment où elle atteindra l'âge de 60 ans. Grâce aux progrès de la médecine, une personne qui célèbre son 60e anniversaire cette année peut raisonnablement s'attendre à vivre plus longtemps qu'une personne ayant atteint le même âge il y a 30 ans. Cette analyse est conforme aux principes établis par les actuaires du Canada, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Le fait d'adopter cette approche a eu une incidence majeure sur le coût futur des rentes et, en 2015, notre passif a augmenté de 1,3 G$ par rapport à 2014.

Il est essentiel que le régime ait une idée claire de l'avenir pour être en mesure de verser les rentes promises. Les processus que nous suivons pour mettre à jour nos hypothèses et prédire les coûts nous aident à nous adapter et à prendre les bonnes décisions en tant qu'organisation, afin de veiller à ce que le régime demeure sain, stable et solide pour les années à venir.

Dans la deuxième partie de cette série, nous traiterons de la façon dont nous nous servons de la protection conditionnelle contre l'inflation pour assurer la durabilité du régime.