Transition vers la retraite

25 novembre 2014

« Je vais passer plus de temps au chalet, plus de temps avec mon père, plus de temps à jouer au golf et au volleyball et plus de temps à faire du bénévolat et à voyager », déclare Vicki Woods à propos de ses plans de retraite idéals.

Après avoir travaillé 37 ans comme professeure de français au Toronto District School Board, Mme Woods a pris sa retraite en juin dernier, tout comme un peu plus de 2 850 autres enseignantes et enseignants de l'Ontario.

La mère et la grand-mère de Mme Woods étaient toutes deux enseignantes, et, lorsqu'elle repense à son enfance, Mme Woods se souvient qu'elles tentaient toujours d'aider leurs élèves à donner le meilleur d'eux-mêmes. C'est à ce moment-là qu'elle a su qu'elle voulait devenir enseignante. Elle voulait aider ses élèves à apprendre, à profiter pleinement de la vie et à véritablement apprécier le monde dans lequel ils vivent.

Mme Woods a passé la majeure partie de ses années d'enseignement à l'école publique Agnes Macphail. Elle aimait la culture de l'école et la convivialité qui régnait dans l'ensemble de la communauté. Elle est d'ailleurs allée au-delà de ses fonctions de professeure de français à l'école Agnes Macphail. En effet, elle a fondé un club environnemental, qu'elle a ensuite aidé à se développer, et a également organisé bon nombre des assemblées de l'école et des activités sociales des membres du personnel. Elle a insufflé une énergie hors du commun, qui s'est répandue dans toute l'école.

Mme Woods dit que les gens avec qui elle travaillait à l'école Agnes Macphail étaient très proches et travaillaient toujours ensemble, comme une équipe. Elle indique que les élèves constataient et appréciaient cette dynamique. En fait, Mme Woods affirme que cette dynamique a eu une incidence directe sur le comportement des élèves. Grâce à ce modèle, ils ont mieux compris la valeur de travail d'équipe, et cela transparaissait dans les interactions qu'ils avaient entre eux, tant en classe qu'à l'extérieur.

Un anniversaire de services qui marque un départ à la retraite

Mme Woods a commencé à songer à prendre sa retraite lorsqu'elle s'est rendu compte que ses pairs prenaient la leur. Toutefois, elle n'était pas prête à faire de même à 54 ans, alors elle s'est fixé un objectif de six ans. L'âge de 60 ans lui paraissait être un bon moment pour prendre sa retraite.

« Je n'ai pas attendu à la dernière minute pour planifier ma retraite. Il y avait beaucoup de paperasse et de détails dont je devais m'occuper pour pouvoir partir à la retraite à 60 ans, ajoute Mme Woods. Je me souviens avoir pris le temps d'assister à des séances d'information sur la retraite organisées par le conseil scolaire, de revoir des estimations de ma rente au moyen du calculateur de rente du RREO et de consulter mon conseiller financier jusqu'à mon départ à la retraite. »

Une fois à la retraite, elle voulait pouvoir vivre confortablement et ne pas avoir à s'inquiéter pour ses finances, alors il était très important pour elle d'avoir une base solide qui lui permettrait de maintenir son style de vie et celui de sa famille.

« Si vous dépensez et gérez votre argent de manière raisonnable, vous ne devriez pas avoir à vous inquiéter pour vos dépenses quotidiennes à la retraite, poursuit-elle. Dans mon cas, je n'avais pas de fardeau financier dont je devais me soucier. Je savais depuis le début qu'un régime de retraite était en place, alors je ne me suis jamais inquiétée pour mes finances. »

Il y a tant de choses que Mme Woods veut faire pendant sa retraite, et maintenant qu'elle est libre comme l'air, elle est en mesure de les réaliser.

« Commencer l'école à cinq ans et partir à 60 ans, c'est une très longue période. J'étais prête à prendre ma retraite et à laisser d'autres enseignants prendre la relève. »