Prendre des risques

20 novembre 2013

Michael Heaton a toujours été attiré par le nord de l'Ontario. Originaire du sud de l'Ontario, il est titulaire d'un diplôme en enseignement de l'Université Queens, jumelé à une mineure en études cinématographiques. Après avoir terminé ses études, il a reçu une offre d'emploi à Atikokan, ville située dans la région nord-ouest de l'Ontario, à environ 200 km au sud de Thunder Bay. Il a sauté sur l'occasion.

Au début de sa carrière, il a travaillé dans le domaine de la production de films au Quetico Conference Centre, en plus d'enseigner l'éducation physique. Il est revenu dans le sud de l'Ontario après avoir accepté un poste à temps plein, en tant qu'enseignant en géographie au Trinity College, à Port Hope.

Quelques années plus tard, Michael est retourné vivre à Toronto pour prendre soin de ses parents devenus âgés. Il a alors enseigné dans des écoles parallèles publiques.

« J'ai atteint le facteur 85 lorsque je vivais et que j'enseignais à Toronto et je me suis dit qu'il y avait d'autres choses que j'avais envie d'essayer et que je n'étais plus tout jeune. »

Michael a ouvert une session dans iAccès Web, notre site sécurisé réservé aux participants, et utilisé le calculateur de rente pour déterminer le montant de son revenu de retraite. En 2011, il a soumis sa demande de rente et a officiellement pris sa retraite.

Il a donc recommencé à s'adonner à sa passion : le plein air. En collaboration avec la ville de Toronto, il a participé à la création de cinq parcs extérieurs destinés aux vélos BMX dans la région du Grand Toronto. Toutefois, c'est lorsqu'il était en visite chez des amis dans le nord de l'Ontario qu'une idée, qui deviendrait son plus grand projet à ce jour, lui est venue à l'esprit.

« On m'a informé que le centre des congrès à Atikokan, le même endroit où je travaillais dans les années 1970, dans le domaine de la production de films, était à vendre, dit-il. Le centre avait connu des difficultés financières et avait été acheté par un investisseur américain. La crise financière de 2008 avait ensuite éclaté. Depuis ce temps, le centre était resté vacant. »

L'établissement est situé sur un terrain boisé de 100 acres, ce qui comprend une rive de 1 km bordant Eva Lake. Les idées se sont mises à fuser dans la tête de Michael, qui a alors imaginé un concept unique : une école, avec un parc destiné aux vélos BMX, un peu comme les parcs pour vélos qu'il a aidés à mettre sur pied dans le paysage urbain de Toronto, mais cette fois, ce parc serait niché au cœur d'un paysage boisé.

« J'ai épargné toute ma vie et je touche une rente garantie et régulière que je dois à mes dizaines d'années de services comme enseignant qui me permet de prendre des risques, dit-il. Mon avocat m'a suggéré de trouver une plage à Cuba, mais je me suis plutôt dit que si je ne prenais pas de risques maintenant, dans cinq ou dix ans, je passerais mon temps à me demander ce qui se serait passé si je l'avais fait. »

Son conseil pour ses confrères retraités? « Il est maintenant temps de commencer à rayer des éléments de votre liste du cœur. Le niveau de sécurité que nous offre notre rente du RREO constitue une occasion unique de prendre quelques risques et d'essayer quelque chose de différent, a affirmé Michael.

« Dans cinq ou dix ans, il sera peut-être trop tard. Alors, réfléchissez à ce que vous avez toujours voulu faire et tentez l'expérience. »