Passer au contenu

Stimuler la diversité des conseils d’administration : franchir le seuil de 30 %

L’idée que les conseils d’administration devraient mieux refléter la diversité de la société a gagné en popularité ces dernières années. En fait, il serait difficile de trouver une grande société ou un dirigeant d’entreprise qui n’a pas exprimé son soutien à l’égard de l’inclusion d’un plus grand nombre de femmes au sein des conseils d’administration. Les efforts en matière de diversité ont produit des résultats significatifs, mais les progrès demeurent lents. C’est pourquoi, en 2017, nous nous sommes joints au 30 % Club, un effort mondial mené par le monde des affaires visant à accroître le nombre de femmes au sein des conseils d’administration. À l’époque, 15 % des sièges au sein des conseils d’administration à l’échelle mondiale étaient occupés par des femmes. Conformément à notre partenariat au sein du 30 % Club, le RREO s’est engagé à avoir une représentation de 30 % de femmes dans tous ses sièges aux conseils d’administration de sociétés fermées d’ici la fin de 2022. Compte tenu du rythme général du changement, nous sommes fiers de dire que nous avons atteint ce jalon un an plus tôt que prévu.

Comment avons-nous fait? Nous avons commencé par fixer des objectifs assortis d’échéances pour l’ajout de femmes dans des postes de direction au sein des quelque 100 sociétés de notre portefeuille, estimant que des échéances accéléreraient le changement. Nous avons également adopté une nouvelle approche pour évaluer les directrices et directeurs potentiels. Peu importe le sexe ou les antécédents, nous recherchons des candidats qui possèdent de solides compétences en leadership, qui ont dirigé une entreprise en ayant la responsabilité des profits et des pertes et qui ont démontré leur capacité à évoluer dans des environnements complexes de parties prenantes. Mais nous en sommes venus à croire que le fait d’exiger une expérience à titre d’ancien chef de la direction, ou même des années cumulatives d’expérience professionnelle dans la haute direction, peut faire obstacle à l’identification de candidats solides. Le fait de préciser nos critères relatifs aux expériences professionnelles nous a aidés à recruter des directrices exceptionnelles.

Nos efforts ne se sont pas arrêtés avec les sociétés fermées de notre portefeuille. Nous préconisons également une plus grande diversité au sein des conseils d’administration des nombreuses sociétés ouvertes dans lesquelles nous investissons. Nous avons utilisé notre voix pour en appeler à ce qu’au moins trois directrices siègent aux conseils d’administration de sociétés ouvertes et nous n’avons pas hésité à utiliser notre pouvoir de vote par procuration pour réclamer des changements.

L’augmentation de la représentation des femmes au sein des conseils d’administration est une question d’équité. Il s’agit aussi d’une bonne affaire. Des recherches indiquent que les entreprises où la représentation des sexes est plus égale obtiennent de meilleurs résultats sur le plan des mesures financières et selon des indicateurs de gouvernance d’entreprise comme la divulgation et la responsabilité sociale.

Depuis que nous nous sommes joints au 30 % Club en 2017, le nombre de sièges détenus par des femmes au sein de conseils à l’échelle mondiale s’est amélioré, passant de 15 % à près de 20 %. Dans ce contexte, nous sommes particulièrement fiers d’avoir réalisé notre objectif de 30 % en avance sur notre échéancier. Nous reconnaissons qu’il reste du travail à faire, tant pour le RREO que pour l’ensemble des secteurs d’activité. Il faut notamment veiller à ce que d’autres groupes sous-représentés, dont les minorités visibles et ceux qui s’identifient comme faisant partie de la communauté LGBTQ2S+, participent également au processus.